La réussite Easy Barf

#Agroalimentaire

3 chiffres qui parlent

60 000 euros

d’investissement pour un nouveau système de récupération de chaleur

3 000 m2 de bâtiment

et 1,5 hectare de terrain à Gorron

99 % de la clientèle

achète leurs produits directement sur easy-barf.com

David et Ariane Byhet sont co-gérants de l’entreprise Easy Barf qui propose de la nourriture crue haut de gamme (viandes et légumes) pour animaux de compagnie. Avec une société en plein essor, ils ont investi de nouveaux locaux à Gorron, en Mayenne (53). Rencontre.

www.easy-barf.com

5 questions à David Boulle, gérant d’Easy Barf  

Pourquoi la Mayenne et Gorron ?

Nous étions basés dans l’Orne (61) à 10 km de Gorron. Nous avions déjà agrandi notre ancien bâtiment de 200 m2 à 600 m2, mais il restait trop petit en termes de stockage de produits surgelés, qui représente le point d’orgue de notre activité. J’ai regardé les bâtiments environnants et j’en ai trouvé un à Gorron. J’ai pris contact avec le maire Jean-Marc Allain et Arnaud Prodhomme de la Communauté de Communes du Bocage qui m’ont évoqué un autre emplacement.

Le critère N°1 qui a motivé votre implantation en Pays de la Loire ?

Il est vrai que nous avons reçu un accueil très chaleureux de la part de la mairie et de la Communauté de communes. Nous avons également été très bien accueillis par les chefs d’entreprise de la zone : repas, visite des entreprises… Nous nous sommes parfaitement sentis intégrés dans ce paysage industriel. Autre élément déclencheur : en 2017, la ville de Gorron a été classée en zone de revitalisation rurale (ZRR). Pour une jeune entreprise comme nous, de moins de 5 ans, l’avantage est que nous sommes exonérés de la taxe professionnelle.

Les réseaux qui vous ont vraiment aidés  ?

Pour le montage financier, nous allons percevoir à la fin des travaux, une aide à l’immobilier d’entreprise de 117 000 € allouée par le Conseil départemental et par la Communauté de Communes. Nous avons transformé l’ancienne usine de chaussures en une usine agroalimentaire d’où le coût des travaux situé entre 600 000 € et 700 000 €. Nous avons dû tout refaire à neuf car le bâtiment n’était pas aux normes électriques, il n’y avait pas de chauffage, pas d’eau chaude.

Votre dernière acquisition  ? 

Pour faire face à une demande croissante, nous avons dû investir dans du matériel de manutention pour élever les charges lourdes et soulager le travail de nos 13 salariés. Car toutes les semaines, nous expédions nos plats dans toute la France et nous continuons notre développement en créant une dizaine de nouvelles recettes. Nous avons créé une marque et un concept qui se développent très bien, au-delà même de nos espérances !

Quelle innovation avez-vous pu mettre en place sur votre nouveau dépôt ? 

Nous avons installé un système de récupération de chaleur car nous possédons une grande surface de congélation de 800 m2. Nous récupérons la chaleur des compresseurs qui se situent à l’extérieur du bâtiment pour alimenter notre chauffage central et nous fournir en eau chaude, quasiment en totalité de notre consommation. C’est un investissement de 60 000 € dont nous sommes fiers. Même s’il s’agit davantage d’un bénéfice psychologique que financier, dans le sens où nous dépensons moins d’énergie fossile. C’est un peu notre contribution pour soulager l’environnement !

L’avis d’Éric Juhel, développeur économique :

Cette coopération à l’échelon local et départemental est une belle démonstration du travail collaboratif de notre réseau d’acteurs, au service des entreprises.

Crédit photo : © Easy Barf

Ces articles peuvent vous intéresser...