Fairmat inaugure son usine 4.0 en Pays de la Loire et révolutionne le marché des matériaux composites

#Brèves&co #Implantation #Innovation

La jeune pousse française fondée en 2020 ouvre sa première usine pilote à Bouguenais, près de Nantes, et va recycler, à grande échelle, les matériaux composites en fibre de carbone. Grâce à ce procédé industriel unique, et peu impactant pour l’environnement, Fairmat est en capacité de proposer, au niveau mondial, de nouveaux matériaux composites « vertueux », de première qualité et économiques.

Une technologie unique pour recycler la fibre de carbone

Les Pays de la Loire, territoire d’excellence pour les matériaux composites, accueille un nouvel acteur qui va révolutionner ce marché. En effet, la deeptech française Fairmat se singularise par sa solution de recyclage basée sur le découpage mécanique, et non sur les techniques actuelles en cours que sont les traitements thermiques ou chimiques tels que la solvolyse ou la thermolyse – et qui présentent un coût environnemental supérieur à leur équivalent neuf. Grâce au process unique imaginé par Fairmat, recycler la fibre de carbone devient quasiment neutre en émission de CO².

Depuis son nouveau site de 4 000 m² précédemment occupé par le groupe Hexcel, et désormais baptisé The Fairfactory, l’entreprise découpe des chutes de production et des déchets industriels (comme des pâles d’éoliennes ou des ailes d’avion) en petites briques de quelques centaines de micromètres d’épaisseur. Non seulement l’empreinte carbone de ce procédé est proche de zéro, mais les nouvelles applications sont nombreuses dans des secteurs tels que l’automobile, l’ameublement, les biens de consommation électroniques, les sports et les loisirs… Ce nouveau matériau conserve 70% des performances d’origine et est à son tour recyclable 5 fois. La matière première ne manque pas puisque, rien qu’en France, on estime que le volume de déchets atteindra 2 500 tonnes en 2025 (contre 500 tonnes aujourd’hui). Fairmat pourra en traiter annuellement jusqu’à 3 500 tonnes dans sa nouvelle usine 4.0.

Une implantation près de Nantes et près de 400 nouveaux emplois attendus

Le dirigeant de Fairmat, Benjamin Saada, envisage 7 à 10 millions d’euros d’investissement par an sur les exercices 2023, 2024 et 2025. L’ambition est de faire du site de Bouguenais une usine 4.0 en combinant les technologies robotiques, l’intelligence artificielle et les data sciences, sous le pilotage d’un jumeau numérique. Inaugurée en octobre 2022, l’usine emploie actuellement 20 salariés et pourrait à terme compter 400 employés, où une extension est déjà à l’étude.

L’entreprise vise un développement international et vient de lever 34 millions d’euros pour notamment dupliquer son concept au plus près des gisements à recycler : en Espagne, en Allemagne et aux Etats-Unis dès 2023.

L’ écosystème régional comme facteur clé de réussite !
Solutions&co, l’agence de développement économique régionale, en collaboration avec Nantes Saint-Nazaire Développement, a accompagné Fairmat pour s’implanter sur le territoire grâce à des mises en relation avec l’écosystème local, et notamment pour le déploiement de la chaîne de production robotisée. Le projet a également été orienté vers l’ADEME pour qu’il puisse bénéficier de l’appel à projets « Solutions innovantes pour l’amélioration de la recyclabilité, le recyclage et la réincorporation des matériaux » dans le cadre du dispositif France 2030

Ces articles peuvent vous intéresser...